SOPHROLOGIE & RELAXOLOGIE
Prenez le temps d'être...
Pour se renseigner...
Vign_zen_flower_wallpaper_meditation_relax
La Société Française de Sophrologie
 
 
Créée en 1966, la Société Française de Sophrologie (S.F.S.) a pour objectif de promouvoir la sophrologie, elle regroupe différents courants se réclamant en France de la sophrologie.

La S.F.S. se préoccupe d'apporter une information rigoureuse et complète sur cette pratique parfois mal connue et veille au respect des règles déontologiques.

Vous trouverez à la rubrique Annuaire la liste des sophrologues inscrits à la S.F.S.

Déontologie

" La sophrologie dans ses branches médicales, paramédicales et sociales, est une discipline du domaine des sciences humaines. Elle implique la mise en oeuvre de moyens qui tendent vers l’autonomie et le mieux-être des patients/clients/élèves dans le respect des croyances de chacun (religieuses, politiques, philosophiques).
Cette préoccupation s’applique également au sophrologue s’exprimant en public :

- En s’interdisant toute pratique ou pression pouvant mettre en péril l’intégrité du patient/client/élève,
- En fixant les honoraires avec mesure et en s’interdisant toute exploitation matérielle ou financière,
- En respectant et en faisant respecter les règles de confidentialité."
 
" Le sophrologue ne concurrence pas les professionnels de la santé, il travaille en complémentarité. Il ne pose pas de diagnostic, n'influence pas les choix thérapeutiques de ses clients et n'interfère pas dans les traitements en cours. Il dirige sur un thérapeute le patient qui nécessite une aide qui ne relève pas de ses compétences."
 
Art L.612-1 dispositif de la médiation de la consommation
 
Sté Française de Sophrologie
24 quai de la Loire
75019 Paris

Tél. 01 40 56 94 95
www.sophrologie-francaise.com
Comment?
Vign_relaxation
Déroulement d'une séance : clic ici
 
La relaxation n'est pas un massage.
Son but est comme la sophrologie de vous rendre autonome dans votre gestion des émotions dans la vie quotidienne et de votre retour à vous-même dans le bien-être.
Méthodes de Relaxation :
Vign_315
-  Méthode Vittoz,

- Le training autogène de Schultz

- Relaxation progressive de    Jacobson.
 
Vign_27_1036_1011_1014_Zivorad-Mihajlovic-Slavinski_200x200
Zivorad Mihajlovic Slavinski
créateur de PEAT
 
SOPHROLOGIE :
Ses Origines :
Vign_image001
 
 
 
C'est en 1960 que le Pr Alfonson Caycedo, neuropsychiatre colombien créé La Sophrologie en alliant des techniques occidentales (Relaxation, Hypnose, Psychologie, Philosophie Phénoménologique, Neurologie, ...) et orientales (Yoga, Bouddhisme et Zen). 
Littéralement la Sophrologie est "l'étude de la conscience dans l'harmonie" du grec "logos" Etude - "sos" Harmonie - "phren" Conscience. 

 
Méthode à visée médicale dans ses débuts, elle s'est aujourd'hui étendue dans l'étude, le sport et le développement personnel.
 
 
Les 3 principes fondamentaux
Le principe de l'action positive : toute action positive a des répercussions sur notre être tout entier et dans sa globalité.
 
Le principe du Schéma Corporel comme réalité vécu : c'est la représentation  que se fait chacun de son corps. 
C’est la représentation plus ou moins consciente que l’individu a de son corps en tant qu’entité statique et dynamique. 
C’est-à-dire son positionnement dans l’espace, la posture respective des différentes parties de son corps, ses mouvements qu’il exécute en contact avec le monde environnant en perpétuelle évolution.
 
Le principe de la réalité objective : qui s'adresse essentiellement au sophrologue dans un premier temps.
A chaque instant comprendre et percevoir sa conscience, c'est-à-dire sa réalité objective pour en tenir compte face à celle du patient ce qui l’autorise à le conduite en guide et à établir l’alliance.
Etre le plus objectif possible.
Tenir compte de son humeur et de son état physique et de ce fait repérer notre état et l’accepter pour ne pas le reporter sur le patient.
Ses outils
Vign_zen-retour-herbe-1_21211855
Grâce à :

la respiration,
le relâchement musculaire,
et les visualisations positives.

La Sophrologie permet :

- la gestion des émotions, le retour au calme, la maîtrise de l'énergie,
- l'écoute de soi, l'intégration du schéma corporel, la détente physique par le "lâcher prise",
- la pensée positive.

L'harmonie entre le corps et l'esprit étant ainsi rétabli, l'équilibre mental, physique et émotionnel qui en découle permet de vivre plus sereinement.
 
RELAXATION :
Ses Origines :
Vign_telechargement
Depuis l'antiquité, des sages, des religieux et des philosophes ont élaboré de nombreuses méthodes permettant d'obtenir des états de conscience modifiés.
Les objectifs étaient variés : on recherchait parfois simplement la détente et le bien-être, ailleurs la contemplation ou la méditation, ou encore l'union avec son Dieu, l'extase et le nirvana.
Ainsi ont été inventées des techniques qui induisent des états de relaxation plus ou moins profonds : Yoga,  Qi Gong, les méditations orientales et depuis le XXème siècle l'Hypnose, la méthode de Vittoz, le training autogène de Schultz et la relaxation progressive de Jacobson.


La pratique de la relaxation procure des états de bien-être profonds, permettant l'émergence de ses émotions et de ses sentiments positifs qui conduisent peu à peu vers une nouvelle façon de vivre.

Ce qu'apporte la pratique de la relaxation :
Vign_bien-etre-relaxation-07
- La détente musculaire : la relaxation permet de diminuer les conséquences du stress sur nos tensions musculaires, lors de sa pratique nos muscles se détendent, nos mâchoires se déssèrent, nos épaules s'abaissent...

- La détente nerveuse : ce qui permet de ralentir les réactions de vigilance ou d'alerte en réponse à un stress.

- Un rééquilibrage hormonal : par la sécrétion par le cerveau lors de la relaxation d'endorphines qui maintient la sensation de plaisir, des émotions agréables et qui a également une action antidouleur.

- La gestion des émotions : Savoir se relaxer facilite la gestion des émotions et de l'impulsivité, La sensation de sentiment de bien-être intérieur limite les émotions négatives.

- La gestion du stress et du trac : la relaxation permet de diminuer les tensions nerveuses dans une situation stressante et sa pratique favorise et développe la concentration mentale, notre attention, notre mémoire.

- La récupération nerveuse : Après une journée éprouvante la pratique d'une relaxation profonde de 10 à 20 minutes permet de récupérer rapidement,.
Et pourquoi pas remplacer votre pause café par une pause relaxation minute pour recharger vos batteries.

- Des moments de bien-être : La pratique de la relaxation met en pause notre cerveau des soucis quotidiens, les remplaçant par des moments de visualisations positives, de souvenirs agréables, d'écoute d'une musique, d'une histoire...à l'écoute de nos sensations et émotions positives.
Les Visualisations :


En relaxation, visualiser s’avère particulièrement utile lorsqu’il s’agit de fixer son attention pendant un certain temps sur une création de l’esprit.

Le but premier des visualisations est d’apaiser la pensée, et d’entraîner une relaxation profonde du corps et de l’esprit.


Sur le plan physique, les visualisations en relaxation stimulent la circulation sanguine, suppriment la tension nerveuse, abaissent le tonus musculaire et ralentissent la respiration.

Sur le  plan psychique, en agissant par la voie subconsciente, elles ont un indéniable impact sur l’état émotionnel, et réussissent, au minimum, à gommer les soucis quotidiens et à dissiper les colères et autres ressentiments.
 
PEAT  ( Activation et Transcendance de l'Energie Primordial ) :
 
Vign_114-274-thickbox

L'ensemble des systèmes PEAT sont non seulement efficaces mais rapide et surtout très simples.

Méthode de libération des émotions difficiles (traumatismes...) et des tensions intérieures, elle fait appel à un protocole simple qui permet de travailler en profondeur par un simple contact de vos doigts avec des points précis de votre visage et en allant dans le coeur émotionnel du problème (sans intellectualiser).

Pour plus d'informations :

http://www.eft-liberteemotionnelle.com
http://www.lafontainedusoleil.com/

Lien sur le fondateur de la méthode PEAT :

spiritual-technology.com (en anglais)

 

 
RMT  (Rhythmic Movement Training) :
 
Vign_what-is-rmt

RMT apporte équilibre et centrage aux enfants et adultes qui rencontrent des difficultés spécifiques d'apprentissages (dont TDA ou TDAH, dyslexie, autisme) mais aussi des problèmes moteurs, des déséquilibres posturaux, des troubles émotionnels et comportementaux ou des difficultés dans leur vie en général.

Le travail RMT vise dans un premier temps à reconstruire les bases en intégrant les réflexes archaïques du nourrissons grâce à un programme de mouvements primitifs, de douces pressions isométriques, et une meilleure conscience de soi.

http://www.rhythmicmovement.com/

Les réflexes archaïques… C’est quoi ?
Vign_les-reflexes-archaiques-c-est-quoi-510x268

 Les réflexes archaïques... C'est quoi?

Votre enfant a-t-il de la difficulté à se concentrer? Pendant les devoirs, il gigote, ne tient pas en place, tombe dans la lune, devient vite fatigué et perd sa motivation …

Savez-vous que ces comportements pourraient trouver leur source dans la rémanence de réflexes archaïques qui n’auraient pas complété leur maturation au cours du développement de la petite enfance ?

Qu’est-ce qu’un réflexe? Vous connaissez le test du marteau à réflexes, que le médecin effectue au niveau du genou? Il illustre bien ce qu’est un réflexe: une réaction involontaire (la jambe qui s’étire) à un stimulus donné (le contact du marteau sur le genou).

Et les réflexes archaïques? Les réflexes archaïques ont la particularité d’être gérés par la partie la plus primitive de notre cerveau, le tronc cérébral, avant même la naissance. Celui-ci est responsable de l’instinct de survie: il s’assure que notre organisme est en sécurité. C’est la partie la plus ancienne du cerveau, celle que nous avons en commun avec les reptiles (d’où son ancien nom de « cerveau reptilien »). Cette partie s’occupe des fonctions automatiques de notre système nerveux : respiration, battement de cœur, digestion, tension musculaire, etc. Ainsi, un réflexe archaïque (ou primitif) est une réaction innée (gérée par le tronc cérébral) du nourrisson suite à un stimulus.

Par exemple: – Un nouveau-né qui empoigne fermement votre doigt et le tient avec une telle force qu’il ne veut plus le lâcher; – Un bébé, dans vos bras, qui entend un bruit soudain, sursaute et son corps devient en extension (il prend une forme de banane).

À quoi ça sert? Les réflexes archaïques, lors qu’intégrés, permettent à l’enfant de passer d’un mouvement involontaire (réaction) à un mouvement volontaire (action). Ils permettent de créer les schèmes de patrons de mouvement qui permettront à l’enfant de bouger, de développer son tonus musculaire, sa coordination, son organisation visuelle, vestibulaire et spatiale, et plusieurs autres. Ces patrons de mouvement constituent les fondations essentielles pour bien apprendre, se concentrer, grandir et se développer. Si on imagine le réseau neuronal comme étant une grande toile d’araignée, les réflexes archaïques seraient de longs fils formant la base, le soutien de la toile, sur lesquels les autres fils vont se développer. Ils permettent de mettre en place une base solide sur laquelle se développeront les capacités cognitives, émotionnelles et physiques de l’enfant et du futur adulte.

Comment ça marche? Les réflexes primitifs présentent un cycle de vie en trois phases:

L’émergence: celle-ci peut avoir lieu avant la naissance. C’est le moment où le bébé, en réponse à un stimulus, aura une réaction involontaire (le réflexe).

L’exploration: c’est pendant cette phase que le nourrisson fait l’expérience du réflexe.

L’intégration (ou inhibition): c’est l’appropriation du réflexe par le cerveau. C’est une étape cruciale dans l’acquisition du mouvement volontaire.

Une quatrième phase peut également surgir: la rémanence. Celle-ci fera réapparaître le réflexe, même très longtemps après son inhibition. Cela peut se produire suite à une situation de stress intense, à un traumatisme, à un choc ou autre.

Ainsi, même si un réflexe est bien intégré à la base, il peut revenir affecter votre vie si votre cerveau passe en mode « survie » suite à un événement bouleversant.

Ça vient d’où, tout ça? Jusqu’aux années 80, on ne connaissait pas l’utilité des réflexes archaïques sur le développement de l’enfant. On observait lesdits réflexes, on les testait à la naissance (comme le fait toujours le pédiatre), mais sans plus. C’est Peter Huxley-Blythe (1925-2013), un psychologue anglais, qui est reconnu comme étant le premier à émettre l’idée que les réflexes primitifs ont une incidence sur le reste de la vie, surtout lorsqu’ils ne sont pas inhibés. Dès 1975, Blythe se concentre sur l’étude du rôle du système nerveux central sur les troubles de comportement et d’apprentissage.

Mais… qu’est-ce que ça change? Pour que le développement global du bambin et de l’enfant se fasse de façon optimale, chaque réflexe archaïque doit être intégré, et ce, dans un ordre bien précis. En effet, chaque réflexe qui s’inhibe prépare le terrain pour les réflexes suivants à intégrer. Un réflexe mal intégré ne peut servir de base aux réflexes subséquents.

Quelles conséquences? Puisque les réflexes primitifs servent à poser les bases du réseau neuronal, sur lesquelles les autres connexions vont s’appuyer, leur non-intégration peut avoir des conséquences dans plusieurs sphères de la vie. Les réflexes archaïques...

C’est quoi ?

Sur la cognition: Les apprentissages (la cognition) se fondent sur la capacité du cerveau à faire des connexions entre les neurones. Les réflexes archaïques non intégrés supposent des connexions neuronales de base incomplètes; il est donc difficile pour le cerveau de créer de nouvelles connexions, de nouveaux apprentissages. C’est comme si vous tentiez de bâtir une maison sur des fondations instables, sur un sol mou: vous pouvez y arriver, mais il en restera des bases qui peuvent s’effondrer à tout moment.

Sur les émotions: Comme nous l’avons mentionné plus haut, le cerveau primitif, d’où émergent les réflexes du même nom, est le centre de protection et de sécurité du cerveau humain. Ainsi, des réflexes mal intégrés peuvent affecter l’équilibre émotionnel de l’enfant, et de l’adulte à venir. L’estime et la confiance en soi peuvent en souffrir. Il peut en résulter des enfants facilement irritables, qui ont « la mèche courte », sont hypersensibles, réagissent fortement, peuvent contrôler, s’opposer, et peuvent avoir des comportements dits « intenses ». Les réflexes archaïques...

Sur le plan physique: En ce qui concerne les mouvements, les réflexes archaïques favorisent le passage du mouvement involontaire (réflexe) au mouvement volontaire (contrôlé). Mal intégrés, les réflexes ont une incidence sur la coordination, la proprioception, l’équilibre et la perception spatiale, entre autres.

On peut observer des enfants agités, impulsifs, que l’on dit « hyperactifs », qui ne tiennent pas en place, qui changent de posture continuellement sur leur chaise, s’assoient en w, descendent les escaliers comme des éléphants, etc.

La recherche a démontré que ces « blocages » pourraient générer une panoplie de troubles: troubles d’apprentissage, troubles du spectre de l’autisme (TSA), trouble de déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H), dyspraxie, dyslexie, dysorthographie… et bien d’autres!

Qu’est-ce qui peut perturber l’intégration d’un réflexe? Plusieurs causes peuvent être à l’origine de la non-inhibition d’un réflexe primitif: le stress de la mère, un accouchement difficile et/ou par césarienne, un traumatisme ou un choc émotionnel, une naissance prématurée, un développement moteur entravé, un accident, etc.

Et les solutions? Oui, il y en a! Plusieurs méthodes peuvent apporter une aide au niveau de l’intégration des réflexes archaïques. La plupart d’entre elles font appel à des stimulations sensorielles, à des mouvements ou à des pressions isométriques.

Ces techniques ont pour but de stimuler le fonctionnement et la coordination de chaînes musculaires précises pour permettre au corps d’inhiber la réaction réflexe et d’intégrer le patron de mouvement.

Les mouvements réflexes et leur inhibition proposent une nouvelle lecture de divers troubles: TDA/H, TSA, l’énurésie, l’hyperactivité, l’opposition, l’impulsivité, la dyspraxie, la dyslexie, la dyscalculie, difficultés d’apprentissage et de comportement. Leur compréhension permet l’émergence de nouvelles stratégies pour améliorer la qualité de vie des personnes qui en souffrent et de leur entourage. On passe du mode « survie »… au choix de vie !

Vous connaissez le programme de Mouvements rythmiques (RMT) ? Il s’agit d’une technique de rééducation des réflexes par le mouvement et le rythme avec des exercices simples et efficaces. Ceux-ci imitent le mouvement de bercement que les bébés font d’eux-mêmes pour passer d’un stade de développement moteur à un autre. Ces mouvements permettent de revisiter les périodes de développement où les réflexes n’auraient pas complètement été intégrés afin de compléter leur maturation et de lever les blocages des difficultés d’attention, d’apprentissage et de comportement. Référence : Manuel de cours Mouvements Rythmiques 1 et 2

Créer un site avec WebSelf
© 2012